Archives pour la catégorie Événements

Conférence « Vérité ou Post-Vérité ? », mercredi 22 février 2017

Conférence de l’AMEP :

« Vérité ou Post-Vérité,
de la rationalité en politique »

le mercredi 22 février dans l’amphithéâtre François Furet au 105 Boulevard Raspail de 11h à 13h.

Avec Gil Delannoi, Marcel Gauchet et Philippe Raynaud

La post-truth est-elle une nouvelle manière de qualifier les discours populistes contemporains? Ou met-elle au jour une dynamique électorale qui a toujours eu cours disqualifiant de fait la “vérité” comme catégorie politique pour les démocraties modernes? Au vu du succès du concept dans les médias, il semble important à présent que les études politiques cherchent à le clarifier, à l’aube d’une année politique qui s’annonce dense.

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue le mercredi 22 février  de 11h à 13h dans les locaux de l’EHESS (105 bd Raspail, Paris, amphithéâtre François Furet) d’une conférence de l’AMEP  qui portera sur la place de la vérité dans la rationalité politique.

Accéder à l’enregistrement audio.

A cette occasion, nous avons eu le grand plaisir de recevoir trois invités :

Gaël Brustier

Gil Delannoi

Chercheur au CEVIPOF (Sciences Po), directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politique, Gil Delannoi est aussi membre des comités de rédaction des revues Esprit, Commentaire, Zénon.
Ses travaux académiques portent notamment sur les théories de la démocratie, de la nation, ainsi que sur des études comparées de philosophie occidentale antique, moderne  et orientale.

Auteur de Le Procès de Machiavel, Paris, Berg International, 2014

Gérard Grunberg

Marcel Gauchet

Ancien directeur d’études émérites à L’EHESS (CESPRA), directeur de la revue Le Débat (Gallimard), Marcel Gauchet a mené une réflexion en profondeur sur les mutations des démocraties contemporaines et de la condition de ses individus.

Auteur de L’Avènement de la démocratie, t. 4, le Nouveau Monde, Gallimard, Paris, 2017.

Gérard Grunberg

Philippe Raynaud

Professeur des universités en science politique à l’université de Paris-II, Panthéon-Assas, membre de l’Institut universitaire de France, Philippe Raynaud s’intéresse dans une grande part de ses travaux à l’articulation complexe entre le droit, la politique et la philosophie dans les sociétés modernes et dans la pensée libérale.

Auteur de La politesse des Lumières, les lois, les moeurs et les manièresParis, Gallimard, 2013. Prix La Bruyère de l’Académie française

L’entrée est libre et gratuite.

Merci de vous munir d’une carte d’identité pour accéder au bâtiment.

Nicolas Buiron

Les philosophes « réformateurs » des XVIe et XVIIe siècles : Leurs motifs et leurs projets

Les philosophes « réformateurs » des XVIe et XVIIe siècles :
Leurs motifs et leurs projets.

Journée d’études organisée le 7 Octobre 2016
au 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard

En partenariat avec l’EHESS-CESPRA

Nicolas Buiron

Matinée

9h : Présentation
9h15 : Juliette Morice : « Les voyages modernes : pratique, concept et métaphore. »
9h45 : Christophe Litwin : « Montaigne : réformer au temps des causes perdues ? »

10h15 : Discussion. Pause

11h00 : Adrien Louis : « Instaurer le peuple dans sa gloire : la réforme de Machiavel. »
11h30 : Stéphane Bonnet : « Réformation et déformation dans le traité Della ragion di
Stato de Giovanni Botero. »

Après-Midi 14h00 : Luc Peterschmitt : « Bacon : réformer la science, réformer la société. »
14h30 : Denis Kambouchner : « Descartes et le problème de la réforme des esprits. »

15h : discussion

15h45 : Christophe Miqueu : « Spinoza : de la réforme intellectuelle à la réforme
politique ? »
16h15 : Nicolas Dubos : « Hobbes, réformateur religieux ? »

Organisation assurée pour l’AMEP par Adrien Louis

Table-ronde « Expériences de l’écriture » autour de Pierre Lemaitre, Prix Goncourt 2013

L’AMEP se joint au Fonds de dotation de l’EHESS pour vous convier à une table-ronde sur les « expériences de l’écriture » le jeudi 07 avril 2016 à 17h30. Amphithéâtre François Furet. 105, Bd Raspail, Paris 6e.

Invités :

Pierre Lemaitre, Prix Goncourt 2013 pour Au revoir là-haut  (vient de paraître : Trois jours et une vie)

Gloria Origgi (La figlia della gallican sera)

Richard Rechtman (Les vivantes)

Modérateur : Stéphane Audouin-Rouzeau (EHESS)

 

Ecriture

Recherche Roman

https://www.ehess.fr/fr/conférence/recherche-roman-expériences-lécriture

 

EHESS logo officiel

Les démocraties libérales face au terrorisme

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la journée d’études suivante :

Les démocraties libérales face au terrorisme :

la réponse pénale, l’état d’urgence et la surveillance

 

 

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

190 avenue de France, 75013 Paris

Salle 015 – 15 janvier 2016

 

 

9h15 – Ouverture de la journée

 

9h30 – « La prévention pénale du terrorisme », Julie Alix, Professeur à l’université de Lille 2

 

10h30 – « Contrôles de la législation antiterroriste », Olivier Cahn, Maître de conférences à l’université de Cergy-Pontoise

 

11h30 – Pause

 

11h45 – « La doctrine dite du  »droit pénal de l’ennemi » : de l’ennemi intérieur à la  »police » mondiale ? », Dominique Linhardt, Chargée de recherche au CNRS

 

12h45 – Pause déjeuner

 

14h30 – « Counter-terrorism and surveillance state », Tom Sorell, Professeur à l’université de Warwick (Royaume-Uni)

 

15h45 – « La coopération en matière de renseignement en Europe face aux urgences de l’antiterrorisme », Olivier Chopin, Enseignant à Sciences Po et chercheur associé au CESPRA

 

16h45 – Pause

 

17h00 – Table ronde de discussion

 

Modérateur, Luc Foisneau, Directeur de recherche au CNRS et membre du CESPRA

1) « Retour sur la loi du renseignements de 2015 », Florent Vadillo, collaborateur parlementaire de Jean-Jacques Urvoas, président de la Commission des lois de l’Assemblée nationale.

2) « L’état d’urgence », Bernard Manin, Professeur à l’université de New York et directeur d’études à l’EHESS

 

Organisation : Bernard Manin, Félix Blanc, Luc Foisneau et Rui Pereira

 

sur invitation : rp.miguel@outlook.fr

Avec le soutien :

Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron (CESPRA)

Association des Amis de la Mention Études Politiques (AMEP)

AFHE - Logo

JE L’économie dans la construction de l’Europe

Nous avons le plaisir de relayer le programme des journées d’étude que l’Association Française d’Histoire économique organise pour le 3 et 4 décembre prochains, à l’occasion du cinquantenaire de sa fondation.

Voici le programme :

 

L’ÉCONOMIE DANS LA CONSTRUCTION DE L’EUROPE

UN APERÇU HISTORIQUE

Journées d’études pour le cinquantenaire de la fondation de
l’Association française d’histoire économique (AFHÉ)

 

3 décembre 2015

Centre Pierre-Mendès-France

Ministères économiques et financiers, 139 rue de Bercy, 75012 Paris

13 h 45 Café d’accueil

14 h 15 Ouverture des travaux par Cecilia D’Ercole (EHESS, AFHÉ)

14 h 30 Discours inaugural par Maurice Aymard (EHESS, FMSH)

15 h 00-15 h 30 Pause

 

15 h 30-18 h – Table ronde :

RÉÉCRIRE L’HISTOIRE EUROPÉENNE. DE NOUVELLES QUESTIONS POUR UN ANCIEN CONTINENT

Modérateur : Patrick Fridenson (Ehess, AFHÉ)

« New Perspective in European Economic History » par Stephen Broadberry (Oxford, Nuffield College)

« L’économie du haut empire romain : une économie monde ? » par Catherine Virlouvet (Université d’Aix-Marseille, École française de Rome)

« La place de l’histoire économique dans le ”Grand Récit” de l’histoire médiévale » par Laurent Feller (Université de Paris1,  AFHÉ)

« Commerce et navigation européens à l’époque moderne : où en sommes-nous ? » par Silvia Marzagalli (Université de Nice-Institut universitaire de France)

Discussion

18 h 00 Cocktail

 

4 décembre 2015

Auditorium

BNP Paribas, 14 rue Bergère, 75009 Paris

9 h 00-10 h 00 : Assemblée générale de l’AFHÉ

 

10 h 15-12 h 00 – Table ronde

QUELS ENJEUX ET QUELLES PERSPECTIVES POUR L’HISTOIRE ÉCONOMIQUE DANS LES PAYS EUROPÉENS ? »

Modérateur : Jean-Claude Daumas, (Université de Franche-Comté, AFHÉ)

« L’AFHÉ ou le retard français ? » par Jean Heffer (Ehess, AFHÉ)

« Toujours entre deux cultures : l’identité de l’histoire économique italienne reste en question » par Carlo Marco Belfanti (Université de Brescia)

« The Economic and Social History Portuguese Association (APHES) : 35 years » par Alvaro Da Silva (Université de Lisbonne)

« Quatre générations d’historiens économiques et un avenir incertain : l’Association espagnole d’histoire économique, c. 1970-2015 » par Joseba De la Torre (Université de Navarre)

« Du national au global. L’histoire économique et sociale en Allemagne depuis la fondation de l’Association d’histoire économique et sociale (Gesellschaft für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte) en 1961 » par Günther Schulz (Université de Bonn)

Discussion

12 h-12 h 45 Remise du prix de thèse AFHÉ-BNP Paribas

12 h 45-14 h 30 – Cocktail

 

14 h 30-17 h 30 -Table ronde

« LE RÔLE DES FAITS ÉCONOMIQUES DANS LA CONSTRUCTION DE L’EUROPE : REGARDS CROISÉS ENTRE ÉCONOMIE ET HISTOIRE »

Modératrice : Natacha Coquery (Université de Lyon 2, Institut Universitaire de France,AFHÉ).

« L’entrée échouée dans le social et le culturel ? La construction européenne dans les années soixante-dix  et quatre-vingt » par Hartmut Kaelble (Freie Universität, Berlin)

« Enjeux et perspectives d’une histoire comparée des campagnes européennes » par Gérard Béaur (Ehess, AFHÉ)

« Concurrence et planification dans la construction européenne depuis 1919 » par Laurent Warlouzet (Université d’Artois).

Discussion

 

17 h 30-18 h 00  Conclusions par Fabrizio Barca (ministère italien de l’Économie et des Finances)

 

 

Les organisateurs font aussi passer le message suivant :

Les journées auront lieu au Ministères économiques et financiers, à Bercy (le 3 décembre) et à l’Auditorium de la BNP Paribas (le 4 décembre); au cours de la deuxième journée, il y aura la cérémonie de la remise du prix d’Histoire économique AFHE-BNP Paribas.

Afin d’avoir accès aux lieux, l’inscription au colloque est obligatoire, et peut être faite par le lien ci-dessous indiqué:

https://e-formation.igpde.finances.gouv.fr/forms/content/display_campaign.php?url=2d51964610a0a16d78c8ef4c5db57cf9

Je vous prie de bien vouloir noter qu’en considération des mesures de sécurités renforcées, l’accès aux sites (notamment au site de Bercy) sera possible uniquement sur présentation du mail de confirmation d’inscription au colloque et d’une pièce d’identité.

Centre affiche gauche

L’avenir des gauches européennes

L’AMEP a le plaisir de vous convier pour sa nouvelle conférence (en partenariat avec l’EHESS-CESPRA).

 

L’AVENIR DES GAUCHES EUROPÉENNES

 

Le 10 décembre de 15h à 17h

Amphithéâtre François Furet

EHESS, 105 bd Raspail

Entrée libre et gratuite (merci de prévoir une carte d’identité)

 

Organisatrice pour l’AMEP : Agnès Louis (agnes.louis@live.fr)

 

La gauche semble aujourd’hui traverser un moment crucial de son histoire. Est-il d’ailleurs possible de parler de la gauche, alors que se dessine une fracture de plus en plus nette entre plusieurs gauches ?

D’un côté, la gauche de gouvernement, en France notamment, conduit une politique qui se veut réformiste, mais qui peine à obtenir des résultats et provoque l’éloignement de ses électeurs traditionnels. D’un autre côté, des mouvements de gauche plus radicaux, à travers des partis comme Podemos et Syriza ou de nouveaux leaders comme Jeremy Corbyn, connaissent un véritable essor en s’appuyant sur la dénonciation de l’orientation « néolibérale » des partis aux pouvoir. Cependant, il leur reste encore à réussir leur intégration dans les différents systèmes parlementaires et à prouver qu’ils sont capables de relever les défis auxquels les États européens font face.

Dans ce contexte, il faut se demander quel est l’avenir des gauches européennes. Quelles sont les faiblesses et les forces des différentes formations de gauche en Europe ? La division entre les gauches européennes est-elle appelée à se résorber ou à s’élargir? Que peuvent proposer la gauche ou les gauches comme projet d’avenir pour les pays européens ?

 

 

Le renouveau viendra-t-il de la gauche radicale ?

Gaël BRUSTIER, auteur de A demain, Gramsci !, Paris, Cerf, 2015.

 

La social-démocratie a-t-elle encore quelque chose à offrir ?

Gérard GRUNBERG, co-auteur de La Loi et les Prophètes : les socialistes français et les institutions politiques, Paris, CNRS éd., 2013.

 

Réflexions sur la fin de l’idée socialiste

Pierre MANENT, auteur de Situation de la France, Paris, Desclée de Brouwer, 2015.

 

Colloque « Marcel Gauchet en discussion » 24 Juin 2015

Marcel Gauchet en discussion 24 juin 2015

Programme

9h – Accueil et mot d’ouverture

Table-ronde 1 – Religion, laïcité, fondamentalismes

modérateur Philippe RAYNAUD

9h15 – Cécile GONÇALVÈS – L’autoritarisme au prisme de la religion séculière
9h30 – Mahnaz SHIRALI – Les prémisses de la sortie de la religion en terre d’Islam
9h45 – Paul ZAWADZKI – Dimensions des fanatismes contemporains
10h00 – réponse de Marcel Gauchet et débat avec le public
10h30-10h45 : pause-café (salle 7)

Table-ronde 2 – Les mutations anthropologiques de l’individu contemporain

modératrice Michèle Brian

10h45 – Sébastien DUPONT – Les transformations de la famille et de la condition enfantine
11h00 – Jean-Marie LACROSSE – Comment redéfinir l’inconscient ?
11h15 – Jérôme BATOUT – La place de la sexualité dans la révolution anthropologique
11h30 – Martin DEKEYSER – Le basculement du masculin dans l’imaginaire
11h45 – Camille FROIDEVAUX-METTERIE – L’individu contemporain a-t-il encore un genre ?
12h00 – réponse de Marcel Gauchet et débat avec le public
13h-14h30 : pause déjeuner

Table-ronde 3 – Crise de la démocratie

modératrice Dominique SCHNAPPER

14h30 – Dominique OTTAVI et Marie-Claude BLAIS – L’enfant, l’école et la démocratie
14h45 – Benjamin LOVELUCK – Les mutations de l’espace public médiatique
15h00 – Colette BEC – Crise de l’État social et démocratie
15h15 – réponse de Marcel Gauchet et débat avec le public
15h45 – Jean-Vincent HOLEINDRE – Vers une pacification démocratique ? Sur la guerre
16h00 – Olivier FERRAND – Quelle crise de la démocratie ?
16h15 – Stéphane VIBERT – Sur l’éclipse du politique
16h30 – réponse de Marcel Gauchet et débat avec le public

17h-17h15 – pause

17h30 – Conférence de clôture de Marcel GAUCHET -Pour la philosophie politique

18h30 – Cocktail (salles 7 et 8)

CATÉGORIES

Études du politique (Catégorie principale)
Sociétés > Études du politique > Sciences politiques
Esprit et Langage > Pensée > Philosophie

LIEU

Amphithéâtre François Furet – 105 Bd Raspail
Paris, France (75006)

Capture d’écran 2015-06-10 à 9.53.32 AM

Les formes du politique. L’apport de la philosophie politique aux sciences sociales

Vous êtes cordialement invités au colloque « Les formes du politique. L’apport de la philosophie politique aux sciences sociales » qui aura lieu les 18 et 19 juin prochains à l’EHESS en salle Lombard (96, bd Raspail, 75006) dans le cadre de la semaine de célébration du 40ème anniversaire de l’EHESS.

Le programme des événements de la semaine anniversaire est disponible en intégralité ici.

Continue reading

Call for Papers: The role of people’s power in contemporary states

Call for Papers: The role of people’s power in contemporary states

Deadline : 20 May, 2015

XXIX Convegno SISP, Società Italiana di Scienze Politiche,
Università della Calabria, Dipartimento di Scienze Politiche e Sociali – Arcavacata di Rende (Cosenza), 10 – 12 settembre 2015
http://www.sisp.it/conference

Although there are several and diverse definitions of democracy, they all share the core idea that the political power belongs to the people. However, and since its early appearance in Europe during the French Revolution, this principle has always been accompanied by the acknowledgment that it could not be literally realized in political institutions. For instance, the notorious revolutionary Abbé Sieyes clearly stated that, even if the power belonged to the people, the latter could not exercise it because it had neither the education nor the time necessary to deal with politics on a daily basis. The principle of representation was thus introduced and, being implemented through elections, it entailed highly aristocratic, and thus antidemocratic, regimes (Manin 1995). Successively, the democratic principle of people’s power was incapsulated again inside rigid constitutional mechanisms that, from the Second World War onwards, found their most important development in the institution of constitutional courts all around Europe.

Building on the evidence proving the distance separating the principle of people’ power from its actual exercice, we would like to investigate the locus of the former in contemporary political regimes. Most particularly, we would like to assess whether all these institutional mechanisms are to be considered as limitations to the democratic principle of people’s power or rather as helpful means of implementation and protection of people’s will. For exemple, in current times democratic regimes are often accused of being ruled by non elected authorities, such as judges, to the point of being renamed “judges’ government”. Is this a fair description of today’s political regimes and to what extent does it contradict or implement the democratic principle? Another critique of contemporary democracies comes from those who accuse them of being appropriated by non elected civil servants (central bankers, expert advisors and functionaries of international organisations). How is it possible to make the presence of these actors compatible with the idea of people’s power? Does this implies a change in the nature of the political regime? Also, different institutional mechanisms may differently implement the principle of people’s power: how do forms of government and electoral systems contribute in structuring the gap separating people’s will from its exercise?

 We welcome empirical or theoretical contributions addressing the relation between the idea of people’s power and:

– sovereignty
– constitutional courts
– constitutional change and/or constitution-writing
– political representation and accountability
– political parties and social movements
– federalism vs. centralisation
– administrative bodies
– electoral systems
– different forms of democracy
– mechanisms of popular participation (mini-publics, referenda, popular juries)
– scientific and economic expertise

If you are interested in presenting a paper at this conference, please send a 300 word-long abstract prepared for blind review to one of the following e-mail addresses: lr391@cam.ac.ukrui.vialatina@gmail.com or federico.brandmayr@paris-sorbonne.fr by May 20th, 2015. Please include the words SISP Conference in the subject line and your name, email address and institutional affiliation in the body of the email. The working languages of the conference will be English.

 

Organising committee:

Federico Brandmayr, Gemass, Paris Sorbonne
Rui Pereira, Cespra, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Lucia Rubinelli, Polis, University of Cambridge

CoSPoF2015-Flyer-1024x721

CoSPoF 2015 – Programme de la ST29: « Quelle place pour l’histoire dans la philosophie politique normative? »

Cette année, le Congrès international des associations francophones de science politique (CoSPoF) aura lieu du 5 au 7 février 2015 à Lausanne. Dans le cadre du Congrès sera organisée une section thématique portant sur les rapports entre philosophie politique normative et histoire, dont vous trouverez le programme ci-dessous. Toutes les informations relatives à l’événement se trouvent sur le site Internet du CoSPoFContinue reading

Je suis Charlie

AFSP – Nous sommes Charlie

Après le terrible attentat contre Charlie Hebdo du mercredi 07 janvier, nous relayons ce communiqué de l’AFSP (Association française de science politique).

 

Communiqué de l’AFSP, 9 janvier 2015

 Nous sommes Charlie

Solidarité avec Charlie Hebdo

 

Appel à manifester le 11 janvier 2015

 

 

Au lendemain de l’attentat infâme contre Charlie Hebdo, l’Association Française de Science Politique (AFSP) rend hommage aux victimes et partage la peine de leurs proches et des familles endeuillées.

Avec ses partenaires institutionnels, l’AFSP affirme son indignation et sa sidération face aux assassinats commis le 7 janvier dernier en plein Paris.

En tuant ceux qui – par leur crayon et leur plume, par leur humour et leur sens de la dérision – étaient particulièrement attachés à donner, pour reprendre les mots de Charb, des « coups de poing dans la gueule » à tous ceux qui refusent le pluralisme et la critique, les assassins de Charlie Hebdo ont voulu attaquer la liberté d’expression sous toutes ses formes et l’esprit de tolérance qui anime notre République.

Parce que cette liberté fondamentale est au cœur même de notre activité pédagogique, intellectuelle et scientifique, parce que la connaissance en sciences sociales et politiques suppose de désacraliser toute forme ou tentation d’absolu, nous convions nos membres à se joindre aux manifestations organisées le dimanche 11 janvier dans toute la France. Nous vous invitons aussi à diffuser largement ce communiqué.

 

Nonna Mayer & Yves Déloye

Pour le CA de l’AFSP

Berlin.Crookedtimber

Atelier – Les « nouveaux classiques » des sciences sociales: Isaiah Berlin, le pluralisme en débat

LES « NOUVEAUX CLASSIQUES » DES SCIENCES SOCIALES : ISAIAH BERLIN, LE PLURALISME EN DÉBAT

 

4e jeudi du mois de 13 h à 15 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 27 novembre 2014 au 25 juin 2015. La séance du 27 novembre est avancée au 13 novembre (même heure, même salle). Séance supplémentaire le 15 décembre (de 13 h à 15 h, salle 2)

Isaiah Berlin, un « nouveau classique » des sciences sociales ?

Au vu de la connaissance souvent limitée que nous avons des grands auteurs de notre époque, il nous est apparu fécond d’enquêter sur ce que l’on pourrait nommer les « nouveaux classiques » des sciences sociales. Nous entendons par là des ouvrages ou des auteurs plus récents qui ont marqué à la fois leur propre discipline et dont les idées maîtresses ont obtenu un certain retentissement par-delà les frontières qui séparent les différents champs du savoir en sciences humaines et sociales.

C’est dans cette perspective que nous proposons d’étudier et de discuter l’œuvre du penseur politique, philosophe et historien des idées britannique, Isaiah Berlin. On identifie généralement son projet intellectuel au déploiement d’une conception de la « liberté négative », qu’il introduit pour la première fois dans son célèbre essai intitulé « Two Concepts of Liberty » (1958). On a d’ailleurs souvent tendance à réduire sa pensée à l’idée maintenant bien connue, mais à certains égards conceptuellement floue, de pluralisme des valeurs. Dans cette optique, il s’agira de chercher à aller au-delà de ces lieux communs afin de mettre en lumière la complexité et la diversité qui caractérisent l’œuvre du philosophe et historien britannique.

Ce séminaire est accessible sur la plateforme d’enseignement de l’Environnement numérique de travail de l’EHESS : 

Programme des séances et textes à l’étude
* Les textes à l’étude pour chaque séance sont marqués d’un astérisque. Les autres articles et ouvrages recommandés sont mentionnés à titre indicatif et peuvent servir à l’approfondissement des thèmes abordés à chaque séance.

I. La pensée de Isaiah Berlin par-delà les lieux communs (13 novembre 2014)

  • * BERLIN, Isaiah, « The Pursuit of the Ideal », dans The Crooked Timber of Humanity. Chapters in the History of Ideas, Princeton, Princeton University Press,  p. 1-19 ; « La recherche de l’idéal », dans Le bois tordu de l’humanité, p. 15-32.
  • BERLIN, Isaiah, « In conversation with Steven Lukes », p. 52-134.

II. Le pluralisme des valeurs, une conception relativiste? Berlin et la critique de Leo Strauss (15 décembre 2014)

  • *BERLIN, Isaiah, « Alleged Relativism in Eighteenth-Century European Thought », dans The Crooked Timber of Humanity, p. 70-90 ; « Sur un prétendu relativisme dans la pensée européenne du XVIIIesiècle », Le bois tordu de l’humanité, p. 80-99
  • *STRAUSS, Leo, « Relativisme », dans La renaissance du rationalisme politique classique, Paris, Gallimard, 2009; « Relativism » dans The Rebirth of Classical Political Rationalism, Chicago, University of Chicago Press, p. 13-26.

III. « Le renard et le hérisson » : quelle justice ? Une opposition entre monisme et pluralisme

  • * BERLIN, Isaiah, « The Hedgehog and the Fox », dans The Proper Study of Mankind, New York, FSG Books, 1998, p. 436-498.
  • * DWORKIN, Ronald, Justice for Hedgehogs, Cambridge, Harvard University Press, 2011 : « I. Baedeker », p. 1-19 et « 17. Liberty », p. 364-378

IV. Le statut de la théorie politique en philosophie et dans les sciences sociales: quelles perspectives?

  • *BERLIN, Isaiah, « La théorie politique existe-t-elle ? », Revue française de science politique, vol. 11, no. 2 (1961), p. 309-337 ; « Does Political Theory Still Exist? » dans The Proper Study of Mankind, p. 59-90.
  • BERLIN, Isaiah, « Political Ideas in the Twentieth Century », Foreign Affairs, vol. 28, no. 3 (Avril 1950), p. 351-385.
  • *ARON, Raymond, « À propos de la théorie politique », Revue française de science politique, vol. 12, no. 2 (1962), p. 5-26
  • STRAUSS, Leo, « What Can We Learn from Political Theory? », Review of Politics, no. 69 (2007), p. 515-529 (conférence – juin 1942)

V. Communauté politique et démocratie : une discussion critique de l’idéal pluraliste

  • * BERLIN, Isaiah, « Chapitre I. Le sens des réalités », dans Le Sens des réalités, Paris, Belles Lettres, 2011, p. 21-69;  « The Sense of Reality », dans The Sense of Reality. Studies in Ideas and their History, FSG Edition, 1998, p. 1-39.
  • * LECA, Jean, « Libéralisme, pluralisme et communautarisme : actualité d’Isaiah Berlin », dansCommentaire, no. 70, 1995, p.369-382; voir aussi La démocratie à l’épreuve des pluralismes.
  • CASTORIADIS, Cornelius, « La démocratie entre régime et procédure », dans La montée de l’Insignifiance (Carrefours du labyrinthe IV).

VI. Questions de méthodes. La redéfinition du travail de l’historien des idées

  • * BERLIN, Isaiah, « Le divorce entre les sciences et les lettres », dans À contre-courant. Essais sur l’histoire des idées, Paris, Albin Michel, 1988 ; « The Divorce Between the Sciences and the Humanities », Salmagundi, no. 27 (1974), p. 9-39, repris dans The Proper Study of Mankind, p. 326-358.
  • BERLIN, Isaiah, « The Concept of Scientific History », dans Concepts and Categories. Philosophical Essays, London, Pimlico, 1978, p. 103-142; repris dans The Proper Study of Mankind. An Anthology of Essays, p. 17-58.

VII. Liberté politique, libéralisme et républicanisme. Un débat avec Quentin Skinner

  • * BERLIN, Isaiah, « Deux conceptions de la liberté » dans Éloge de la liberté, Calmann-Lévy, 1988 ; « Two Concepts of Liberty », dans Liberty. Incorporating Four Essays on Liberty, Oxford, Oxford University Press, 2002 [1958], p. 166-217.
  • TAYLOR, Charles, « What’s Wrong with Negative Liberty », dans Philosophy and the Human Sciences. Philosophical Papers. Vol. II, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 211-229.
  • * SKINNER, Quentin, « Un troisième concept de liberté au-delà d’Isaiah Berlin et du libéralisme anglais », Actuel Marx 2/ 2002 (n° 32), p. 15-49; « A Third Concept of Liberty », Isaiah Berlin Lecture,Proceedings of the British Academy, 117 (2002), p. 237-268.

VIII. Le jugement politique entre théorie et pratique : la philosophie politique de Berlin

  • * BERLIN, Isaiah, « Chapitre II. Du jugement politique », dans Le Sens des réalités, Paris, Belles Lettres, 2011, p. 71-87; « Political Judgment », dans The Sense of Reality. Studies in Ideas and their History,FSG Edition, 1998, p. 40-53.
  • BERLIN, Isaiah, « Winston Churchill in 1940 » dans The Proper Study of Mankind, New York, FSG Books, 1998, p. 605-627.
ecpr

Appel à contributions – Political Theory Section, ECPR General Conference

Le « Political Theory Standing Group » lance un appel à contributions dans le cadre du European Consortium for Political Research (ECPR) General Conference, qui aura lieu à Montréal en août 2015. Il est possible de soumettre une proposition pour une présentation individuelle ou pour un panel.

La date limite de soumission des propositions est le 16 février 2015. 

 

Toutes les informations se trouvent sur le site du ECPR à l’adresse suivante: http://ecpr.eu/Events/SectionDetails.aspx?SectionID=421&EventID=94

———-

The Political Theory Standing Group solicits panel and paper proposals for the 2015 ECPR General Conference, to be held in Montreal, Canada (Aug 26-29).

There will be a general political theory section within the conference, containing 8 panels of 4-5 papers each. The convenors welcome proposals from all subfields of political theory, including work on normative, conceptual, applied, methodological and historical topics, construed broadly.

You may submit either an individual paper or a complete panel proposal (containing 4-5 abstracts). The deadline for both types of submission is February 16, 2015. Further details about how to submit proposals is available here: http://ecpr.eu/Events/Content.aspx?ID=76&EventID=94

So far, Standing Group members have proposed to convene panels on the following topics. If you are interested in proposing a paper to any of these, then you should contact the panel chair in the first instance:

  • Laclau, the Political, Populism and Radical Democracy (Allan Dreyer Hansen, Roskilde University,adh@ruc.dk)
  • Justice and Immigration Policy: New Developments (Caleb Yong, McGill University and Georgiana Turculet, Central European University, caleb.yong@mail.mcgill.ca)
  • Political Theory and Public Health (Jurgen De Wispelaere, jurgen.dewispelaere@gmail.com)
  • Compromise: Democratic Ideals and Political Realities (Anders Berg-Sørensen, University of Copenhagen, abs@ifs.ku.dk)
  • Political Theory and Religious Diversity (Andrew Shorten, University of Limerick, andrew.shorten@ul.ie)

Additional paper and panel proposals on any topic in political theory are also welcome. If you have any questions, then please contact andrew.shorten@ul.ie

All paper and panel proposals should be submitted through the ECPR website, and further details are available here: http://ecpr.eu/Events/EventDetails.aspx?EventID=94

Emotions et politique 2

JE Emotions et politique – Quelques photos

La journée d’études EHESS-CESPRA intitulée « Émotions et politiques » a eu lieu le mardi 25 novembre 2014.

Voir le programme de la journée

 

Voici quelques photos de la journée

Première table ronde (Agnès Antoine, Patrice Gueniffey, Gil Delannoi, Claude Habib et Pierre Manent).

SAMSUNG

 

Les débats de synthèse de la fin de journée

SAMSUNG SAMSUNG SAMSUNG SAMSUNG SAMSUNG SAMSUNG

 

Un très grand merci à Crystal Cordell Paris pour l’organisation de cet événement.

LSE.Nationalism

Appel à contributions: « Nationalism: Diversity and Security »

L’ASEN (Association for the Study of Ethnicity and Nationalism) lance un appel à propositions à l’occasion de son 25ème colloque annuel: « Nationalism: Diversity and Security » qui aura lieu du 21 au 23 avril 2015 au LSE (London School of Economics and Political Science).

Continue reading

CEHUM.minho

Appel à contributions: VI Meetings on Ethics and Political Philosophy

Le « Political Theory Group » du CEHUM de l’Université de Minho (Braga, Portugal) lance un appel à contributions en vue de son sixième Meetings on Ethics and Political Philosophy. Toutes les communications relevant des disciplines de la théorie politique et de l’éthique sont les bienvenues. Cette année, un panel spécial est dédié aux défis du cosmopolitisme.

 

Vous pouvez accéder aux informations détaillées concernant les modalités de soumission de la proposition en cliquant ici

———-

Call for Papers 

After five successful meetings on previous years, we now welcome paper proposals for the sixth Meetings on Ethics and Political Philosophywhich will be held at University of Minho, Braga (Portugal), on June 8-9, 2015.
We invite contributions in both moral philosophy and normative political theory. The Meetings provide an excellent opportunity to present both advanced and exploratory work in front of an open and welcoming audience. The call is open to graduate students, junior researchers and senior scholars.

This year, we will have two keynote speakers:

 

Prof. Samuel Scheffler (NYU) will offer a lecture entitled “Why Worry about Future Generations?”

and

 

Prof. Simon Caney (Oxford) will offer a lecture on Global Injustice and the Rights of Necessity and Resistance.”

 

Abstracts:

We will have a special section on Cosmopolitan Challenges with some prospects of publishing a selection of papers as a special issue in an academic journal in the field. If you are interested in presenting a paper in this section, please write “cosmopolitanism” before the title.
If you are interested in presenting a paper on a topic of your choice for other panels, please write “general” before the title.

 

For all abstracts:  send your contact and affiliation, an abstract (300 to 500 words) and 5 key words, by January 31st to João Cardoso Rosas (rosas(at)ilch.uminho.pt) and David Alvarez (alvarez (at) ilch.uminho.pt). Abstracts will be submitted to peer-review.
Deadline for submissions: 31st January 2015.

Deadline for notification of acceptance: 28th February 2015.

Information about registration, accommodation and travelling is available on the web site:http://meetingsethicspoliticalphil.weebly.com/

Still Life with Books in a Niche – Barthélemy d’Eyck 1469

Méthode étude de textes

ATELIER DE MÉTHODE D’ÉTUDE DE TEXTES

EHESS-CESPRA – 2014-2015

 

Organisateurs : Benjamin Brice (benjamin.brice@gmail.com) et Marie-Hélène Wirth (wirth.mh@gmail.com)

 

Calendrier (provisoire) des séances

Chaque séance sera articulée autour d’une question précise de méthode avec un intervenant qui la traitera à partir d’un cas d’étude (que ce soit un auteur, un thème ou un corpus de texte). La démarche de ce séminaire est explicitée ci-dessous. Les séances seront animées par les organisateurs et un discutant.

Les séances ont généralement lieu le 2ème jeudi du mois de 13h à 15h.

27 novembre 2014 – Introduction sur les enjeux du séminaire
Benjamin Brice (EHESS, IEP de Lyon). « Comment étudier des textes ? Éléments de méthode en-deçà des traditions interprétatives ».
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

12 décembre 2014 – Analyse de discours [Attention séance exceptionnellement le vendredi].
Marie-Hélène Wirth (EHESS). « Une recherche liée à l’analyse du discours : les débats du Conseil constitutionnel – enjeux, pièges, méthode ».
Discutant : Clément Viktorovitch (Sciences Po Paris).
Salle 5 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

08 janvier 2015 – Contexte de réception des textes
Mathieu Hauchecorne (Paris 8). La réception française de John Rawls.
Discutant : Jean-Louis Fabiani (EHESS).
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

12 février 2015 – Conflits d’interprétation sur un auteur
Sophie Marcotte Chénard (EHESS). Strauss, Skinner et Lefort interprètes de Machiavel.
Discutant : Danilo Scholz (EHESS).
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

12 mars 2015 – Textes appartenant à une autre aire culturelle
Crystal Cordell Paris (EHESS, Sciences Po Menton). Étudier Aristote.
Discutant : Adrien Louis.
Salle 3 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

9 avril 2015 – Étude d’un concept à travers des textes
Benjamin Boudou (Sciences Po Paris). La notion d’hospitalité.
Discutants : Olivier Remaud (EHESS) et Stefan Willer (Humboldt-Universität).
Salle 3 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

07 mai 2015 – Actualité politique d’un auteur
Hugo Drochon (Cambridge University). L’actualité politique de Nietzsche à l’épreuve de l’École de Cambridge.
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

21 mai 2015 – Le travail sur les manuscrits
Christophe Litwin (Princeton University). Jean-Jacques Rousseau et les affaires de Corse.
Salle 8, 13h-15h.

11 juin 2015 – Enjeux de la traduction des textes
Romain Descendre (ENS Lyon, Triangle). De la raison d’État de Botero.
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

 

Argumentaire du séminaire

Depuis maintenant plus d’un siècle, les sciences humaines et sociales ont beaucoup progressé grâce au développement et au raffinement de leurs méthodes d’enquête. L’étudiant et le chercheur disposent donc aujourd’hui de nombreux ouvrages méthodologiques pour réfléchir à la manière d’élaborer un questionnaire, de préparer des entretiens semi-directifs, de réaliser des observations participantes, d’analyser des séries statistiques, de comparer différents objets d’étude, etc., mais aussi pour considérer comment traiter ces données en fonction d’une problématique scientifique spécifique. Certes, les protocoles de recherche ne sont pas figés, puisque certaines méthodes nouvelles sont parfois introduites, que d’autres se trouvent améliorées ou contestées, et que d’autres encore finissent par être abandonnées ; il demeure que l’enquêteur est guidé dès le départ et dispose de toute une gamme d’instruments qui s’adaptent à ses préoccupations théoriques. Cependant, on peine à trouver facilement de semblables instruments pour la démarche scientifique consistant à étudier des textes. Malgré l’ancienneté de cette pratique – à moins que ce ne soit à cause d’elle – les choses se passent trop souvent comme si l’étude de textes allait de soi et ne faisait pas l’objet de questionnements de méthode, ou comme si cette étude sortait du champ scientifique au prétexte qu’il existerait autant de lectures possibles que de lecteurs.

Cette lacune relative a généralement tendance à faire apparaître les champs disciplinaires reposant principalement sur la lecture de textes, tels que la philosophie politique, la théorie politique ou l’histoire des idées, comme moins rigoureux du point de vue de la méthode que ceux qui s’appuient plus volontiers sur la collecte de données ou la réalisation d’entretiens. Comme un travail de terrain tient sa scientificité de sa « falsifiabilité », on nie bien souvent à l’étude de texte toute capacité de remise en question puisque chaque lecteur pourrait indéfiniment défendre sa propre interprétation. Ainsi, les critères de scientificité des sciences humaines et sociales ne seraient pas opérants pour l’étude de textes. Or, il nous semble qu’une telle conclusion ne fait pas justice à cette démarche de recherche. Étudier sérieusement un texte demande des précautions particulières pour ne pas reposer sur des choix arbitraires ; éviter les contresens et les anachronismes, repérer les enjeux et déceler les problèmes, comprendre les controverses et analyser les intentions, mettre en contexte et faire dialoguer les auteurs, sont autant d’aptitudes qui réclament de la part de l’enquêteur un véritable savoir-faire.

Certes, des propositions méthodologiques concernant l’étude de textes existent effectivement dans le champ académique, mais il s’agit surtout de corps de doctrines structurées en différentes « écoles », qui s’opposent les unes aux autres en fonction de divers partis-pris ontologiques et épistémologiques (par exemple la célèbre « École » de Cambridge). Ainsi, le chercheur paraît souvent confronté à une alternative quelque peu déstabilisante : s’inscrire dans un courant particulier, qui dépendra fréquemment de la tradition de son pays, de l’orientation de son université, voire de la position de son directeur de thèse, et combattre les positions adverses, ou bien refuser d’appartenir à une quelconque « école » méthodologique, ce qui lui évitera généralement d’avoir à traiter des questions de méthode. Voilà qui semble limiter toute discussion générale sur les éléments méthodologiques qui pourraient servir directement les chercheurs, à moins de se borner à rappeler les multiples perspectives qui s’affrontent.

Les oppositions tranchées, autour desquelles se structurent les diverses approches en étude de textes, tendent à figer les différentes positions et à exacerber les polémiques : lecture interne contre lecture externe, contexte intellectuel et linguistique contre recherche des grandes questions, histoire sociale des idées contre histoire des idées, attention aux grands auteurs contre contestation du canon, etc. L’existence de telles dichotomies conduit couramment à alimenter les antagonismes théoriques, alors que les diverses pratiques de lecture se révèlent généralement beaucoup plus proches les unes des autres qu’on ne pourrait le penser. Ce sont donc à ces expériences pratiques, à ces premiers éléments de méthode, que ce séminaire de recherche souhaite donner la parole.

Ainsi, à travers des expériences singulières de recherche, il s’agira de se situer en-deçà des oppositions consacrées, afin de voir s’il est possible de formuler des préceptes pratiques pour le chercheur qui se confronte à des textes, en dehors de tout parti-pris de méthode. L’objectif de ce séminaire est donc, à partir de situations d’enquête différentes, de fournir une sorte de boîte à outils pour l’étude de textes, c’est-à-dire de préciser les principaux écueils de cet exercice, de recenser les garde-fous méthodologiques, de rappeler les questionnements inhérents à ce type de recherche et de spécifier les savoir-faire à acquérir pour tirer le meilleur parti du matériau utilisé. Ce séminaire entend donc faire droit aux multiples instruments des différentes méthodes sans a priori, et tenter de situer la pertinence de chacune d’entre elles selon les objectifs fixés par le projet de recherche qu’elles sous-tendent. Sans nier évidemment la pertinence de débats de méthode plus poussés, ce séminaire permettra, dans la mesure du possible, d’élaborer un socle de recommandations et de mises en garde qui puisse directement servir à tous ceux que leurs questions de recherche invitent à étudier des textes d’origines, d’époques et de types divers.

Les séances de ce séminaire viseront à présenter des problèmes pratiques propres à l’étude de textes, tels que la notion d’anachronisme, la prise en compte du contexte historique et social, la manière de traiter différents types de textes, l’usage contemporain de penseurs du passé, la question de la « charité » vis-à-vis de l’auteur, la marge de manœuvre interprétative, l’importance des aspects philologiques et éditoriaux, etc., et à les articuler à l’expérience de recherche d’un intervenant, afin de pouvoir observer, pour ainsi dire, une méthode en action.

 

Voir le séminaire intitulé « Isaiah Berlin, le pluralisme en débat ».

Voir l’enregistrement de la journée d’étude intitulée : « Théorie politique, philosophie politique et histoire des idées politiques : Quel dialogue au sein des SHS ? »

Screen Shot 2014-10-31 at 12.13.53 PM

Conférence : Une politique européenne est-elle possible ?

Nous avons le plaisir de vous convier à la première conférence de l’association AMEP

 

Une politique européenne est-elle possible ?

 

 Jeudi 11 décembre 2014
10h-12h

Amphithéâtre François Furet
EHESS, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

Entrée libre

 

Pierre Rosanvallon

Professeur au Collège de France

Luuk Van Middelaar

Conseiller du Président du Conseil européen Herman Van Rompuy

 

Organisatrices pour l’AMEP : Cynthia Salloum et Marie-Hélène Wirth

 

Pour les membres de l’AMEP, cette conférence sera précédée par la première assemblée générale de l’association de 9h à 10h en salle 2 (105 Bd Raspail, 75006 Paris). Nous vous accueillerons à partir de 8h30 autour d’un petit-déjeuner.

 

Enregistrement de la conférence en ligne sur le lien suivant.

 

Cette conférence bénéficie du soutien du CESPRA (Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron) et de l’association EHESS alumni. Nous remercions vivement ces deux institutions.

 

Argumentaire de la conférence

Notre questionnement puise à la source de deux constats incontournables résultant de l’actualité́ européenne de l’année en cours. Quel débat citoyen celle-ci provoque-t-elle et quelle réflexion politique appelle-t-elle pour dépasser les faits, muer le débat en projet puis le projet en actions ? Nous proposons de revenir sur les faits marquants dont se dégage la question de la possibilité d’une politique européenne, pour les mettre ensuite à distance et les reconsidérer de manière compréhensive, esquissant alors au moins les conditions d’une réponse plausible.

La sécurité de l’Union européenne est replacée au cœur des débats depuis le début de la crise ukrainienne. Cette actualité revêt une importance particulière dans l’opinion publique internationale, menaçant la paix et la stabilité en Europe, questionnant la dépendance énergétique de l’UE vis-à-vis de la Russie, ainsi que la nature des relations extérieures européennes, notamment avec les États-Unis. Au moment où la politique du Président Obama regarde vers l’Asie, la crise ukrainienne vient rappeler que les relations transatlantiques sont encore cruciales dans l’agenda des affaires étrangères de l’UE et des États- Unis. Si elles s’avèrent souhaitables, les relations entre l’UE et les États-Unis semblent mal définies, entre concurrence, partenariat, alliance ou simple amitié transatlantique.

En France, les dernières élections européennes reflètent la faiblesse du débat politique ; certains renouvellent la célébration convenue – quoi qu’indiscutablement justifiée – de la paix garantie par la construction européenne, d’autres cherchent à réorienter les frustrations politiques des citoyens européens en accusant de tous les maux des institutions européennes déjà jugées antidémocratiques. Or, l’Europe est face à de nouveaux enjeux bien visibles : l’insuffisance de l’union économique dans un environnement mondialisé (pensons aux enjeux liés au traité de libre-échange,TAFTA) ; l’urgence grandissante d’une union politique et sociale ; l’indétermination d’une identité proprement européenne face aux identités nationales, régionales ou cosmopolites ; la difficulté à définir une politique de défense européenne face aux résistances de chacun des États membres (la PESC, politique étrangère et de sécurité commune), etc.

Lors des guerres dans les Balkans, l’incapacité des gouvernants européens à doter l’Union d’un rôle politique unifié a jeté la lumière sur certains de ces manquements. Depuis, le constat d’une impossible politique étrangère commune qui puisse joindre les intérêts nationaux divers et les conditions particulières des diplomaties nationales ne fait que se renforcer. Ce n’est là qu’un exemple du cantonnement politique de l’Union européenne à des compétences « communautaires » restreintes. La crise grecque, qui mit à l’épreuve la solidarité communautaire, est une illustration en politique « intérieure » de ces limites…

Ces doutes, mais aussi ces espoirs, nous invitent à mettre au cœur de nos questionnements la possibilité d’une politique proprement européenne. Cette réflexion, « Une politique européenne est-elle possible ? », nous paraît en effet d’une grande actualité, et présente l’avantage de pouvoir emprunter des chemins divers pour l’argumentation et la démonstration.

Lien vers l’événement sur Facebook.

Pour nous rejoindre sur Linked’In.

Capture d’écran 2014-11-06 à 9.19.41 AM

Journée d’étude – Nationalisme, libéralisme et post-modernité : Raymond Aron et la défense de la liberté

Argumentaire

Journée d’étude organisée par le Centre de Recherche Bretonne et Celtique (Université de Bretagne occidentale, Brest).

L’œuvre de Raymond Aron (1905-1983) s’est élaborée, au long du XXe siècle, au carrefour de la philosophie, de la sociologie, et de l’histoire des relations internationales. Le colloque visera d’abord à établir comment Aron a élaboré une critique des idéologies qui, entre les deux guerres, ont été à la fois causes et conséquences  du basculement du monde, puis comment il a pensé la place des nations dans cette mutation. La réflexion portera ensuite sur le rôle des diverses formes d’identité dans la pensée d’Aron, en donnant à cet égard toute son importance au parallèle qu’il a établi entre identité bretonne et identité juive, avant d’en arriver au rapport d’Aron et du catholicisme. Le dernier thème portera sur son souci d’aboutir à une pratique tant stratégique que politique pour le libéralisme conservateur : école dont l’une des racines est irlandaise, puisque, de l’aveu d’Aron, elle est largement fille de Burke.

Programme

Version PDF du programme

9h : Accueil

9h30 : Introduction, Fabrice Bouthillon, Professeur des Universités, UBO, Raymond Aron et le basculement du monde

10h : Daniel Steinmetz-Jenkins, PhD student at Columbia University, New York, chargé de cours à Sciences Po, campus euro-américain de Reims, Raymond Aron et la critique des idéologies

10h30 : Or Rosenboim, PhD student in Politics and International Studies at Queens’College, University of Cambridge, L’État-nation face à la mondialisation des relations internationales : la genèse de la théorie des RI de Raymond Aron dans les années 40

Ce qui ne bascule pas

14h : Giulio De Ligio, docteur de recherche en histoire de la pensée politique de l’Université de Bologne, Nation, judéité et celtitude : les identités dans la pensée de Raymond Aron

14h30 : Olivier Dard, Professeur des Universités, Paris-Sorbonne (Paris IV), Raymond Aron et la question algérienne

14h30 : Pierre Manent, Directeur d’études, EHESS, Aron et le catholicisme

15h30 : Questions

Que faire ?

16h15 : Joël Mouric, chercheur associé au CRBC, UBO, Aron et Delbrück : deux libéraux conservateurs en quête d’une stratégie modérée

16h45 : Dr Matthias Oppermann, Universität Potsdam, Historisches Institut, Une racine irlandaise ? Aron et Burke

17h15 : Pascal David, Professeur des Universités, UBO, Conclusion

Entrée libre.

Cerlis

Atelier de doctorants du Cerlis. Les articulations contemporaines du social et du politique en Amérique Latine

Atelier de doctorants CERLIS 2014 – 2015

 

« LES ARTICULATIONS CONTEMPORAINES DU SOCIAL ET DU POLITIQUE EN

AMÉRIQUE LATINE »

 

Coordination et contact:
Paula Cubillos <paulacubillos@gmail.com>. Doctorante en Sociologie U. Paris Descartes. Laboratoire CERLIS
Natalia Slachevsky <nslachevsky@gmail.com>. Doctorante en Sociologie U. Paris Descartes.
Laboratoire CERLIS <etudesdusud.recherche@gmail.com>

 

Présentation

Les grands processus de Lire la suite

Colloque.Habermas

Colloque international – Les perspectives de la démocratie face aux transformations du capitalisme. Un dialogue avec Jürgen Habermas – Du 29 au 31 octobre 2014

Organisation : Jean-François Kervégan et Isabelle Aubert (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Le Collège d’études mondiales soutient cette initiative.

Colloque organisé dans le cadre du Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (composante ‘Normes, Sociétés, Philosophies’) et soutenu par le Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne, l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Institut Universitaire de France, la Maison Heinrich Heine, le DAAD, l’Institut Goethe de Paris, l’Université franco-allemande (programme « Ecole de Francfort : Fondements et perspectives »), la Fondation Maison des sciences de l’homme, le programme ANR / DFG ‘CActuS’, le Collège d’études mondiales de la FMSH et l’Ambassade de la RFA.

Pour accéder à la version PDF du programme, cliquer ici

Lire la suite

Ateliers de l'ethique.logo

Appel à contributions: Political Philosophy Below and Beyond the State

Les Ateliers de l’éthique/The Ethics Forum

Guest Editors: Yann Allard-Tremblay (McGill University) and Benoit Morissette (University of Montreal).

Political Philosophy Below and Beyond the State

Les Ateliers de l’éthique/The Ethics Forum invites proposals for a special issue on the topic of the scope of political societies. Lire la suite