Archives pour la catégorie Parutions

Conférence annuelle 06/03/2018 : Peut-on encore être conservateur ?

Conférence annuelle de l’AMEP :

Peut-on encore être conservateur ?

Pour une définition contemporaine

avec Philippe Bénéton (Professeur émérite de l’université de Rennes I) , Philippe Raynaud (Professeur des universités en science politique à l’université de Paris-II), et Armand Rouvier (docotrant au CESPRA-EHESS).

Mardi 06 mars
de 10h à 12h30
Amphithéâtre François Furet (105 Blvard Raspail, 75006 Paris)
Entrée libre.

Conf
AMEP Affiche 2018 mars 06 Peut-on encore être conservateur
***
Le conservatisme est-il historiquement daté ?

La France ne connait après tout aucun grand parti qui se réclamerait aujourd’hui du conservatisme et le terme semble lui-même chargé d’une lourde connotation péjorative qui découragerait l’essentiel des intellectuels à s’en revendiquer explicitement.

Qu’en remplacement de la dichotomie gauche-droite comme principale division idéologique politique, Emmanuel Macron ait affirmé que « le nouveau clivage est entre progressistes et conservateurs », c’était, semble-t-il, redonner quelque noblesse, du moins une actualité, à ces derniers.

Mais c’était peut-être là aussi manière de construire un commode adversaire. Car, aux yeux progressistes en effet, le conservatisme est jugé. Force obscurantiste, résistance déraisonnable et futile à la marche des choses, la position conservatrice n’est compréhensible que par quelques affects mal placés. Elle est peu ou prou assimilée à la réaction, qui du moins ne saurait s’en distinguer qu’en degré.

Le conservateur naturellement peut refuser d’être confondu avec l’immobilisme et mobiliser en sa faveur une mesure, une modération, une modestie devant l’Histoire qui contrasterait avec l’hubris progressiste, révolutionnaire ou même réactionnaire.

Dans les deux cas toutefois, la position du conservateur semble mal définie. Qu’est-ce que le conservateur contemporain voudrait encore conserver ? Sur quoi se fonderait et porterait la modération dont il se prévaut ? Qu’est-ce qui en somme définirait un conservateur aujourd’hui ?

Se pose en premier lieu la question de savoir s’il est possible de s’approcher ainsi du conservatisme par une doctrine, même minimale de l’anti-idéologie, ou, au contraire, s’il faut d’abord y percevoir un éthos, une disposition, un tempérament voire un « art de vivre » conservateur.

De cette distinction découle sans doute une partie de l’ambiguïté historique du conservatisme.
Soit il est résolument moderne ou plutôt antimoderne si l’on fait remonter son origine à la Révolution française et notamment à ses détracteurs rétrogrades. Il est alors définitivement daté (s’arrêtant sans doute avec Maurras) et se pose la question de la caractérisation du courant dit « conservateur » actuel, au Royaume-Uni par exemple, comme survivance ou variante infidèle.
Soit son origine et sa doctrine sont plus indistinctes si l’on inclut par exemple Hume, Montaigne ou jusqu’à Cicéron à son corpus. La substance doctrinale s’estompe alors nettement et mérite d’être précisée.

Le conservatisme serait-il alors un enfant du scepticisme ? S’il parait cohérent de rapprocher une méfiance devant toute forme brutale de changement à une épistémologie de l’incertitude, rien n’interdit à l’inverse de concevoir la révolution comme produit du scepticisme moderne et le conservateur comme son adversaire.

L’objet de la Conférence annuelle de l’AMEP de 2018 sera de s’approcher avec nos intervenants Philippe Bénéton, Philippe Raynaud et Armand Rouvier des difficultés posées par l’appréhension du conservatisme, ou du moins de ce qui va caractériser un conservateur pour notre temps. Sans renier l’intérêt des débats sur la périodisation du conservatisme historique, ou la pertinence du rattachement de tel auteur ou non à son corpus -questions immédiatement liées à notre problématique-, notre première visée sera d’éclairer, même modestement, les assises philosophiques sur lesquelles un conservateur actuel peut fonder sa pensée.

A l’Ecole des hautes études en sciences sociales – Conférence annuelle de l’AMEP

Peut-on encore être conservateur ?

Pour une définition contemporaine

 Mardi 06 mars 2018, 10 h – 12 h 30

EHESS, 105, Bd Raspail, Paris – Amphithéâtre François Furet

Dico philosophes français

Parution – Dictionnaire des philosophes français du XVIIe siècle

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du Dictionnaire des philosophes français du XVIIe siècle : Acteurs et réseaux du savoir aux éditions Classiques Garnier sous la direction de Luc Foisneau, directeur de recherche CNRS à l’EHESS-CESPRA.

Ce dictionnaire est la traduction augmentée d’un volume initialement paru en 2008 en anglais sous le titre : The Dictionary of Seventeenth-Century French Philosophers.

Ce dictionnaire, qui recense près de 700 entrées, est le fruit d’un travail collaboratif de très grande ampleur qui a regroupé de nombreux spécialistes internationaux. Nous vous conseillons de lire l’entretien paru sur le site de La vie des idées dans lequel Luc Foisneau rappelle la genèse et l’ambition de cet imposant volume.

Screen Shot 2014-09-29 at 3.49.34 PM

Parution : En quête de l’Orient perdu – Entretiens avec Jean-Louis Schlegel / Olivier ROY

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage, En quête de l’Orient perdu. Entretiens avec Jean-Louis Schlegel (Editions Le Seuil, 2014, 324 pages). Ce livre d’entretien retrace à travers les interrogations de Jean-Louis Schlegel, le parcours hors du commun d’Olivier Roy, agrégé de philosophie, homme de terrain, politiste, chercheur et directeur de recherche. Dans ces fragments de mémoire revisitée, l’auteur engage une distance réflexive face au récit, nous livrant une expérience inédite du politique et du savant. 

Date de parution de l’ouvrage : le 2 octobre 2014

Description de l’éditeur :

Comment penser la vie : un voyage dans la guerre, les idées et la croyance.

Olivier Roy s’est imposé comme un spécialiste mondial de l’islam politique. Mais l’acuité de son point de vue, amplement saluée, est-elle simplement due au savant travail d’un universitaire méditant les bouleversements géopolitiques dans la solitude de son cabinet ? Non : ce livre d’entretiens revient au contraire sur un parcours atypique, souvent surprenant, voire iconoclaste, conté avec talent et liberté – de ses engagements personnels depuis l’hypokhâgne et la khâgne de Louis-le-Grand aux voyages répétés en Afghanistan avant et pendant la guerre des années 1980 (en passant par la Turquie, l’Iran, le Pakistan, le Yémen…), qui ont entrecoupé sa carrière de professeur de philosophie en lycée, jusqu’à ses fonctions « officielles » en Asie centrale post-soviétique et sa consécration scientifique.

Mais au-delà d’un récit vivant et coloré, les événements deviennent prétextes à de multiples réflexions, inédites et stimulantes pour l’intelligence de notre situation actuelle. Le livre continue en effet la réflexion originale de Roy sur ses objets intellectuels favoris : l’islam politique bien sûr sous ses multiples facettes (immigration comprise), mais aussi l’« invention des nations » post-soviétiques, le rapport du chercheur aux États qui le consultent et, plus largement, le devenir des cultures, des religions et de la laïcité dans les soubresauts de la mondialisation.

Préface d’Olivier Mongin et Jean-Louis Schlegel

Olivier Roy, directeur de recherches au CNRS, enseigne aujourd’hui à l’Institut universitaire européen de Florence.

Dernier livre paru au Seuil : La Sainte Ignorance. Le temps de la religion sans culture (2008).

La politique et l'âme - Autour de Pierre Manent

Parution : La politique et l’âme

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de La politique et l’âme : Autour de Pierre Manent (CNRS Editions, 2014, 544 pages). Ce livre d’hommage a l’occasion du départ en retraite de Pierre Manent a été dirigé par Giulio De Ligio, Jean-Vincent Holeindre et Daniel J. Mahoney.

Voici la description de l’éditeur :

Depuis près de quarante ans, Pierre Manent trace une voie originale et féconde. Ses livres interrogent les formes politiques qui donnent sens à l’expérience historique, de la cité grecque aux nations européennes, en passant par l’Empire romain et l’Église chrétienne.

Cet ouvrage, le premier entièrement consacré à Pierre Manent, aborde les grands thèmes de son œuvre, autour de trois axes : la philosophie, la politique et la religion. Il examine également les principales étapes de la pensée politique : Aristote, Machiavel, Pascal, Tocqueville… L’histoire et la philosophie politique éclairent les enjeux du présent, en particulier la crise de la démocratie et de la nation en Europe. Pour Pierre Manent et ceux qui s’en inspirent, la politique constitue le fait générateur des sociétés humaines.

Elle façonne l’humanité de l’homme, qui se réalise dans la vie en commun. Aller vers la politique, c’est aller vers l’âme.

Une incitation à lire et relire une œuvre forte et pénétrante.

Ce livre est d’ailleurs complété par la publication du premier Cahier de l’AMEP qui a pour titre La question de l’homme et le problème politique : Études et témoignages sur Pierre Manent et son œuvre. Ce Cahier est publié sur ce site.

Rawls - Justice et critique

Parution : Justice et critique

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de Justice et critique de John Rawls (Éditions EHESS).

Ce texte est traduit en français et présenté par Luc Foisneau (membre du CESPRA) et Véronique Munoz-Dardé.

Accordé en mars 1991 à trois de ses étudiants de Harvard, cet entretien constitue l’un des très rares exemples d’autobiographie intellectuelle par un auteur peu enclin à parler de lui-même.

Présentation de l’ouvrage

Faire des sciences sociales

Faire des sciences sociales

L’ouvrage Faire des sciences sociales, permet de donner une bonne idée de la diversité des perceptives disciplinaires et scientifiques au sein de l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales)

Les trois volumes s’articulent autour de trois grandes étapes de la démarche scientifique en SHS : critiquer (distinction entre le chercheur et l’expert), comparer (l’importance de l’interdisciplinarité) et généraliser (l’articulation entre le particulier et le général).

 

Après une période de doutes et d’autocritiques ayant marqué les deux dernières décennies, nos disciplines ont repris de l’assurance, enrichies d’une meilleure compréhension de leurs limites et d’une conscience plus aiguë de leur mission.

 

Renseignements et commande sur le site des éditions de l’EHESS.